Transports électrifiés, intelligents et connectés : une fabuleuse révolution

Type : Activités de perfectionnement

Numéro de l'activité : GEL-U005

Nombre d’unités d’éducation continue (UEC) : 0.7

Durée : 1 jour (7 heures)

Formation offerte à : Sainte-Thérèse

Faculté : Sciences et génie

Clientèle visée

Ingénieurs, fonctionnaires, administrateurs d’entreprises, gestionnaires de flottes et toute personne impliquée dans une réflexion ou un porcessus impliquant l'électrification d'un moyen de transport.

Contexte

Les transports électriques avaient le vent dans les voiles à la fin du 19e siècle, avec 100 taxis électriques à New York en 1898.Pourquoi les véhicules à combustion interne ont pris le dessus? En quoi les 20 dernières années ont été déterminantes pour la renaissance du transport électrique routier? Nous sommes à un tournant où il faut choisir entre l’énergie propre et l’énergie sale, ce qui constitue une motivation importante pour électrifier les transports. Toutefois, il ne s’agit pas uniquement de remplacer un véhicule à essence par un véhicule électrique. Il faut aussi réduire de beaucoup le nombre de véhicules sur les routes.

Les différents véhicules routiers requis pour le transport personnel, le transport collectif et le transport des marchandises requièrent des solutions d’électrification différentes.  Un véhicule électrique personnel passe généralement 22 heures et plus par jour à l’arrêt et son kilométrage quotidien est habituellement inférieur à 75 km. Par contre, les taxis électriques ont un kilométrage quotidien qui peut atteindre 300 km/jour et ils doivent se recharger très rapidement. Pour évaluer l’impact des véhicules électriques sur l’environnement, comparativement aux véhicules à essence, il est important d’analyser les émissions de gaz à effet de serre sur le cycle de vie des véhicules et leur « carburant ».

Les véhicules électriques sont une technologie de rupture, et le point de rupture devrait arriver entre 2022 et 2025.
L’électrification des transports ne se limite pas aux véhicules routiers. Les trains à grande vitesse (TGV) ont déjà fait leurs preuves. En Norvège, des traversiers électriques transportant plus de 100 véhicules et plus de 300 personnes sont déjà en service. Des avions légers électriques volent présentement pour une trentaine de minutes et bientôt une heure, grâce à la diminution constante du poids des batteries. On anticipe des trajets de 300 km à 300 km/h d’ici 2030. C’est une véritable révolution des transports qui approche à grands pas.

Objectifs

Les objectifs de la formation sont : de comprendre le contexte et les grands enjeux de l'électrification des transports; de découvrir les technologies utilisées pour les véhicules électriques; de connaître les exigences des trois créneaux de transport terrestre : individuel, collectif et de marchandise; d'être sensibilisé au cycle de vie des véhicules, des réseaux et des carburants; de comprendre en quoi les véhicules électriques sont une technologie de rupture; de découvrir les autres domaines d'application de l'électrification en transport.

Contenu du cours

  • Introduction aux transports électriques
  • Les technologies utilisées pour les véhicules électriques
  • Trois créneaux de transport terrestre avec des exigences particulières : individuel, collectif et de marchandises
  • Études de cycle de vie des véhicules électriques, réseaux électriques et carburants alternatifs
  • Une technologie de rupture en transport, incidence sur l’économie et opportunité pour une filière industrielle prometteuse
  • Au-delà des transports routiers : bateaux, aéronefs régionaux et monorails à grande vitesse

Formateur

  • Pierre Langlois, Ph.D., physicien

    Pierre Langlois est un physicien, détenteur d’un doctorat de l’Université Laval, avec une spécialisation initiale dans les ondes électromagnétiques et leur interaction avec la matière. Il a travaillé une vingtaine d’années dans différents laboratoires universitaires et Instituts de recherche industrielle : le Laboratoire de radio-électricité de l’Université d’Aix-Marseille, le Centre d’optique photonique et laser (COPL) de l’Université Laval, l’Institut des matériaux industriels (IMI) du Conseil national de recherche du Canada et l’Institut national d’optique (INO) de Québec. Depuis 1997, il est devenu consultant et a fait évoluer son centre d’intérêt vers la mobilité électrique et les énergies renouvelables.

    Il a écrit des livres sur le sujet, aux éditions MultiMondes [Sur la route de l’électricité, vol. 1 (2005) et vol. 2 (2006), Rouler sans pétrole (2008)], et près de 300 articles pour les revues et les blogues (principalement sur le site www.roulezelectrique.com ), en plus de donner des conférences autant aux experts, au public en général qu’aux étudiants (écoles secondaires, cégeps et universités).

    Les milliers d’heures de recherche qu’il a effectuées pour ce faire ont fait de lui un intervenant apprécié des médias. Il est aussi devenu un collaborateur de choix sur différents projets concernant la mobilité électrique, que ce soit pour des compagnies privées, le Réseau des ingénieurs du Québec, des instituts de recherche ou pour le gouvernement du Québec (conseiller pour la Stratégie d’électrification des transports en 2013). En plus de ses connaissances approfondies, il est également un vulgarisateur scientifique reconnu, primé au concours Roberval de 2008, à Paris, qui couronne les meilleurs ouvrages en communication scientifique et technique de la Francophonie.

Coût

  Tarif réduit Tarif régulier
  Valide avant le 18 mars  
Inscription générale 575 $ 635 $
 
 
JE VEUX LA MEILLEURE FORMATION POUR MON ENTREPRISE

RÉSERVEZ TÔT ET ÉCONOMISEZ!

Valide avant le 18 mars 2018.

Pour vous inscrire

HIVER 2018


Sainte-thérèse

Jeudi 26 avril 2018
De 8 h 45 à 16 h 45
Pôle universitaire Paul Gérin-Lajoie
120, boul. du Séminaire, 2e étage
Sainte-Thérèse

Date limite d'inscription : 24 avril

Information et inscription

Cette activité de formation est admissible dans le cadre du Règlement sur la formation continue de l’Ordre des ingénieurs du Québec, dans la mesure où le contenu est relié à l’exercice des activités professionnelles de l’ingénieur qui y participe.

Pour plus d'information