Dernières nouvelles

17 novembre 2016

Exercer son leadership et mobiliser son équipe en période de turbulence

Par Éric Girard, Ph. D.

Nous n’avons pas à vous convaincre que le changement est constant. En effet, nous sommes régulièrement au cœur de nombreuses mutations de nature variée. Ces dernières sont souvent liées à un nouveau patron, aux demandes de clients, à la mondialisation des marchés, à un nouvel outil informatique, etc. Aussitôt que nous pensons que notre environnement se stabilise, il survient une nouvelle situation qui entraîne de nouveaux changements. Or, comme ceux-ci se produisent à la vitesse grand V, nous avons l’impression de traverser de grandes turbulences.

Dans ce contexte, le leadership des décideurs est un facteur prépondérant pour maintenir la mobilisation des employés, comme en témoignent Kouzes et Posner dans leur livre à succès The Leadership Challenge. Le modèle qu’ils proposent à l’intérieur de ce dernier se compose de 5 grandes pratiques. Pour chacune de celles-ci, on retrouve deux engagements, et pour chacun de ces engagements, on distingue une quantité d’actions à prendre et de comportements à adopter. Il s’agit d’un modèle centré sur l’action qui est très utile en période de changements. Voici donc une brève description des pratiques proposées.

Tracer la voie

Le gestionnaire s’engage à clarifier ses valeurs ainsi que celles de son équipe et à donner l’exemple en alignant ses comportements en lien avec les qualités énoncées. La caractéristique primordiale de cette pratique (qui permet de garder les équipes mobilisées en période de turbulence) est qu’elle crée de la cohérence entre le discours et les actions. Par conséquent, elle favorise l’adhésion aux nouveaux comportements demandés suite au changement.

Inspirer une vision commune

Le gestionnaire s’engage à envisager l’avenir de façon positive et à susciter l’engagement envers une vision commune. En période de turbulence, il est essentiel que l’équipe soit orientée vers des objectifs communs. Les efforts demandés sont très grands et doivent être centrés sur des résultats partagés.

Remettre en question les façons de faire

Le gestionnaire s’engage à rechercher toutes les occasions d’améliorations de même qu’à expérimenter et à prendre des risques. Le fait d’encadrer et d’encourager la remise en question et la prise de risques devient mobilisant pour l’équipe. De fait, cette dernière est incitée à aborder les situations de façons différentes et à se défaire des pratiques dépassées.

Inciter les autres à agir

Le gestionnaire s’engage à encourager la collaboration et les liens de confiance ainsi qu’à responsabiliser les gens en leur laissant une marge de manœuvre et en développant leurs compétences. Cette pratique permet de favoriser l’engagement, car elle incite les diverses ressources à être plus autonomes face aux divers changements qui sont vécus. De plus, les individus concernés se sentent soutenus, deviennent plus compétents et comprennent que l’on accepte qu’ils puissent faire des erreurs.

Encourager et reconnaître

Le gestionnaire s’engage à reconnaître autant les efforts individuels que les efforts d’équipes. Évidemment, la reconnaissance est un excellent moyen de mobiliser ces dernières. Au-delà des résultats atteints, il faut aussi reconnaître l’utilisation des bonnes pratiques ainsi que la volonté ou l’engagement des ressources.

En résumé, le changement ne se limite pas à une seule recette ! Peu importe le modèle que vous utiliserez, votre façon d’exercer votre leadership aura un impact majeur sur la mobilisation de votre équipe et sur les résultats à atteindre en période de turbulence. Si vous souhaitez approfondir cet aspect, nous vous encourageons à vous inscrire à la formation Exercer son leadership et mobiliser son équipe en période de turbulence.